POUR VOUS LES FEMMES PAR TONY RICHARD LE 18 SEPTEMBRE 2007 - L’ÉCRIN DE LA PENSÉE - DANS MA MAISON DE PAPIER ENTRE LA PLUME ET L'ENCRIER SUR LE FLOT DES PENSÉES - LE SOUFFLE DES MOTS - POÈMES POÉSIE

L’ÉCRIN DE LA PENSÉE. Dans ma maison de papier entre la plume et l'encrier sur le flot des pensées mon coeur s'est égaré. Aux flux des émotions sans bruit s'égrènent les printemps sur le film du temps aux vœux de Cupidon. La Poésie est à la vie la lumière de ses nuits . Elle est un miroir, les brumes de l'espoir . L'écrin du souvenir se berce de quelques soupirs, La mélodie du temps comme pour le retenir. De quelques lignes te faire un signe. Si loin là bas mais proche parfois. Le chant du coeur c'est un ailleurs, seul le silence sait ça. Le chagrin et la peine de ce manque en soi dans un coeur assez grand pour s'y glisser dedans. Un simple amour naissant mais la mort droit devant. La vie est carnassière et détruit les amants. Tous les copyrights valides et actifs qui sont reliés au numéro du détenteur indiqué figurent dans ses pages. La reproduction des œuvres décrites, sans l'autorisation du détenteur des droits d'auteur inscrit dans ses pages, est un acte illégal. Copyright 00047540 Copyright 00050258

LE PRIX DU PASSÉ - LE PRIX DU PASSÉ PAR TONY RICHARD LE 30 AOÛT 2016 - LES MORSURES DU CHAGRIN SE COLLENT AUX LENDEMAINS POÉTIQUEMENT PARLANT LA POÉSIE DANS LE COEUR

 

 

LE PRIX DU PASSÉ

  

Par Tony richard

  

LE 30 AOÛT 2016

 

 

Si petits au fond les souvenirs si grands Création par Tony richard pour le prix du passé. Tous droits réservés

 

 

 

Dans des croyances serties

Se bercent des pays.

Chemins de vie

Rien ne s’oublie.

 

Les rêves d’enfants

Par l’âme des grands.

Les modes de vies

Et leurs longues nuits

Sans que la peur s’enfuie.

Nous étions si petits.

 

Toutes ces destinations

Mais pour nous quelles raisons.

Nous n’avions pas le choix

La parole est au roi.

 

Les temps ont bien changé

Mais les plaies incrustées

Jamais ne se referment

Le fer rouge sur le derme.

 

La mort la caresser

Sans l’avoir demandée.

Les chemins imposés.

Qui pourra effacer

Devenir l’étranger

Aux attaches déracinées.

 

Les morsures du chagrin

Se collent aux lendemains.

Vous qui êtes les miens

Te souviens-tu enfant nos liens.

 

La vie qui nous sépare

N’a pas crié gare.

On fait taire plus facilement

Sur le cheminement du temps

Un être esseulé

Qu’un noyau bien soudé.

 

Ainsi va la vie

Le prix de l’oubli,

L'angoisse de certaines nuits.

Nous étions si petits.

 

TONY  RICHARD

 

COPYDÉPÔT

00047540

 

LE PRIX DU PASSÉ

 

 

Création Copyright par Tony richard pour Le prix du passé. Tous droits réservés

 

https://pourvouslesfemmes.com/article-le-prix-du-passé-122974820.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lady 28/03/2018 05:08

...bonjour Tony....
...il y a des pages de notre vie, qu'il est pénible de relire. Certaines de ces pages ont servi de base pour notre vécu actuel....de jour en jour, le livre de notre vie s'écrit un peu, on essaie d'y mettre de poésie pour lui donner de la couleur et de la musique....

Merci pour tes chauds rayons de soleil....
Merci pour Pacha et son Relooking..;)

Bonne journée

ly xx

. 27/03/2018 08:00

La vie qui nous sépare n’a pas crié gare . On fait taire plus facilement sur le cheminement du temps un être esseulé qu’un noyau bien soudé .
Tony richard