POUR VOUS LES FEMMES PAR TONY RICHARD LE 18 SEPTEMBRE 2007 - L’ÉCRIN DE LA PENSÉE - DANS MA MAISON DE PAPIER ENTRE LA PLUME ET L'ENCRIER SUR LE FLOT DES PENSÉES - LE SOUFFLE DES MOTS - POÈMES POÉSIE

L’ÉCRIN DE LA PENSÉE. Dans ma maison de papier entre la plume et l'encrier sur le flot des pensées mon coeur s'est égaré. Aux flux des émotions sans bruit s'égrènent les printemps sur le film du temps aux vœux de Cupidon. La Poésie est à la vie la lumière de ses nuits . Elle est un miroir, les brumes de l'espoir . L'écrin du souvenir se berce de quelques soupirs, La mélodie du temps comme pour le retenir. De quelques lignes te faire un signe. Si loin là bas mais proche parfois. Le chant du coeur c'est un ailleurs, seul le silence sait ça. Le chagrin et la peine de ce manque en soi dans un coeur assez grand pour s'y glisser dedans. Un simple amour naissant mais la mort droit devant. La vie est carnassière et détruit les amants. Tous les copyrights valides et actifs qui sont reliés au numéro du détenteur indiqué figurent dans ses pages. La reproduction des œuvres décrites, sans l'autorisation du détenteur des droits d'auteur inscrit dans ses pages, est un acte illégal. Copyright 00047540 Copyright 00050258

L’ÉCORCE DE L’ÉMOI - L’ÉCORCE DE L’ÉMOI PAR TONY RICHARD LE 25 AVRIL 2016 - LE FEU DU TOI ET MOI LA POÉSIE DANS LE COEUR POÉTIQUEMENT PENSANT

 

 

L’ÉCORCE DE L’ÉMOI

  

Par Tony richard

  

LE 25 AVRIL 2016

 

 

Le feu du toi et moi Création par Tony richard pour L'écorce de l'émoi. Tous droits réservés

 

 

 

Graver de quelques vers quand le cœur vous serre

Il est tant de misères la plume ne sait se taire.

 

À toi qui fuit une vie perdant ta vie

Ton espoir idyllique pour une fin tragique.

 

Enfants de la peur vivant dans la terreur.

Toi que l’on égorge parce que la haine se forge.

 

Le Bataclan baigné de sang tristes démons.

La paix qu'on assassine mais pour qu'elle cime.

 

Le monde devenu fou est une partie de nous.

La vie n’est plus que sous à faire naître le dégoût.

 

Les personnes à la rue quand les salaires décollent

Tous n’ont pas le bon rôle une question de vertu.

 

Et puis il y a l’amour jonché de ses détours

Tous les fruits du hasard comme on remplit le placard.

 

Les unions de brouillard dans leurs vies qui s’égarent

Et qui se font de l’ombre à en devenir sombre.

 

Il est souvent des pas que l’on fait mais pourquoi.

Pour un simple horizon ne plus voir que son nom.

 

En rêvant à son corps amor

J’implorais les encore pour planter le décor.

 

Dans ce grand tourbillon rempli d’illusions

Le diable souvent l’emporte qu’il s’éloigne de ma porte.

 

La vie est éphémère et l’on voudrait tout faire.

Le monde à double face nous laisse bien peu de place.

 

L’oiseau cherchant à s’abreuver migrant dans cette immensité

Survola tant de barrières quelles en devinrent frontières.

 

Dans ces moments d'émoi où je doute parfois

Sous l'écorce du moi brûlent mes instants sans joie.

 

Mon cœur l’aimait si fort qu’il se déchire encore.

Ancrée dans mon passé elle est venue graver

L’écorce de l’émoi le feu du Toi et Moi.

 

TONY  RICHARD

 

COPYDÉPÔT

00047540

 

L’ÉCORCE DE L’ÉMOI

 

 

Création Copyright par Tony richard pour L'écorce de l'émoi. Tous droits réservés

 

https://pourvouslesfemmes.com/article-l-ecorce-de-l-emoi-32933204.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lady 11/03/2018 04:42

...bonjour Tony....

tu as bien su trouver les mots pour décrire cette paix assassinée.....un souvenir cruel , sanglant.....

mais la vie continue, on se doit de la glorifier et lui en être reconnaissant...!

bon dimanche

ly xx

. 10/01/2021 07:04

Mon cœur l’aimait si fort qu’il se déchire encore.
Sous l'écorce du moi brûlent mes instants sans joie.
Tony richard